Le cloud computing, faire un pas en avant vers le futur et la sécurité. Cet article vous propose les bénéfices de ce logiciel.

Qu’est-ce que l’infrastructure en tant que service?

L’informatique en cloud peut être décomposée en trois modèles de cloud computing. Infrastructure en tant que service se réfère aux éléments fondamentaux de l’informatique qui peuvent être loués : serveurs physiques ou virtuels, stockage et réseautage. C’est attrayant pour les entreprises qui veulent construire des applications à partir de rien et qui veulent contrôler presque tous les éléments eux-mêmes, mais cela exige que les entreprises aient les compétences techniques nécessaires pour pouvoir orchestrer les services à ce niveau. Des recherches menées par Oracle ont révélé que les deux tiers des utilisateurs ont déclaré que l’utilisation de l’infrastructure en ligne facilite l’innovation et réduit leur temps de déploiement de nouvelles applications et services et a considérablement réduit les coûts de maintenance en cours. Cependant, la moitié n’est pas assez sûr pour la plupart des données critiques.

Qu’est-ce que le service plateforme?

Le service platforme est la prochaine couche vers le haut – ainsi que le stockage sous-jacent, le réseautage et les serveurs virtuels cela comprendra également les outils et les logiciels dont les développeurs ont besoin pour construire des applications sur le dessus de qui pourrait inclure gestion de base de données, systèmes d’exploitation, et des outils de développement.

Qu’est-ce que software-as-a-service?

Software-as-a-Service (SaaS) est la livraison d’applications en tant que service, probablement la version de l’informatique en cloud à qui la plupart des gens sont habitués au quotidien. Le matériel et le système d’exploitation sous-jacents ne sont pas pertinents pour l’utilisateur final, qui accédera au service via un navigateur Web ou une application; il est souvent acheté sur une base par siège ou par utilisateur.

Selon les chercheurs, IDC SaaS restera le modèle dominant de cloud computing à moyen terme, représentant les deux tiers de toutes les dépenses publiques de cloud en 2017, qui ne baisseront que légèrement pour tomber à un peu moins de 60% en 2021. Les dépenses de SaaS sont composées d’applications et de logiciels d’infrastructure système, et IDC a déclaré que les dépenses seront dominées par les achats d’applications. Les applications de gestion de la relation client (CRM) et de gestion des ressources d’entreprise  représentent plus de 60 % de toutes les dépenses d’applications cloud jusqu’en 2021. La variété des applications livrées via SaaS est énorme, de CRM comme Salesforce à Office 365 de Microsoft.

Les bénéfices de l’informatique en Cloud

Les avantages exacts varieront en fonction du type de service cloud utilisé, mais, fondamentalement, l’utilisation des services cloud signifie que les entreprises n’ont pas à acheter ou à maintenir leur propre infrastructure informatique.

Fini l’achat de serveurs, la mise à jour d’applications ou de systèmes d’exploitation, ni le déclassement et l’élimination du matériel ou des logiciels lorsqu’ils sont obsolètes, car tout est pris en charge par le fournisseur. Pour les applications de produits de base, telles que le courrier électronique, il peut être logique de passer à un fournisseur de cloud, plutôt que de compter sur des compétences interne. Une entreprise spécialisée dans la gestion et la sécurisation de ces services est susceptible d’avoir de meilleures compétences et un personnel plus expérimenté qu’une petite entreprise ne pouvait se permettre d’embaucher, de sorte que les services cloud peuvent être en mesure d’offrir un service plus sûr et plus efficace aux utilisateurs finaux.

L’utilisation des services cloud permet aux entreprises d’aller plus vite dans les projets et de tester des concepts sans un approvisionnement long et des coûts initiaux élevés, parce que les entreprises ne paient que pour les ressources qu’elles consomment. Ce concept d’agilité d’entreprise est souvent mentionné par les défenseurs du cloud comme un avantage clé. La possibilité de créer de nouveaux services sans le temps et les efforts associés à l’approvisionnement en IT traditionnel devrait signifier qu’il est plus facile d’aller de l’avant avec de nouvelles applications plus rapidement.

Pour une entreprise avec une application qui a de grands pics d’utilisation, par exemple qui n’est utilisé qu’à un moment particulier de la semaine ou de l’année, il peut être logique sur le plan financier de l’avoir hébergé dans le cloud, plutôt que d’avoir du matériel dédié et des logiciels inactifs pendant la plupart du temps. Le passage à une application hébergée dans le cloud pour des services tels que le courrier électronique ou le CRM pourrait supprimer un fardeau pour le personnel informatique interne, et si ces applications ne génèrent pas beaucoup d’avantage concurrentiel, il y aura peu d’autres répercussions.

Que fait l’adoption de l’informatique en Cloud dans les budgets informatiques ?

L’informatique en cloud  a tendance à transférer les dépenses d’investissement (CapEx) aux dépenses d’exploitation (OpEx) à mesure que les entreprises achètent l’informatique comme service plutôt que sous forme de serveurs physiques. Cela peut permettre aux entreprises d’éviter des augmentations importantes des dépenses en technologies de l’environnement qui seraient traditionnellement observées avec de nouveaux projets; utiliser le cloud pour faire de la place dans le budget peut être plus facile que d’aller au directeur financier et à la recherche de plus d’argent.

« Les DSI se tournent de plus en plus vers l’infrastructure et les services cloud afin d’accroître la flexibilité et d’alléger la pression sur les budgets d’immobilisations », note l’enquête de ZDN et sur les prévisions budgétaires informatiques. Bien sûr, cela ne signifie pas que l’informatique en cloud est toujours ou nécessairement moins cher que de garder les applications en interne; pour les applications avec une demande prévisible et stable pour la puissance de calcul peut être moins cher (du point de vue de la puissance de traitement au moins) pour garder en interne.

Comment construire une base pour l’informatique en Cloud ?

Pour créer une base d’affaires pour le déplacement des systèmes vers le cloud, vous devez d’abord comprendre ce que votre infrastructure existante coûte réellement. Il y a beaucoup à prendre en compte: des choses évidentes comme le coût d’exploitation d’un centre de données, et des extras tels que les lignes louées. Le coût du matériel physique – les serveurs et les détails des spécifications comme les processeurs, les noyaux et la RAM, plus le coût du stockage. Vous devrez également calculer le coût des applications – que vous prévoyez de les vider, de les re-héberger dans le cloud inchangé, de les reconstruire complètement pour le cloud ou d’acheter un package SaaS entièrement nouveau, chaque option aura des implications de coûts différentes. L’affaire du cloud doit également inclure les coûts des personnes (souvent en second lieu seulement par rapport aux coûts d’infrastructure) et des concepts plus complexes comme l’avantage de pouvoir fournir de nouveaux services plus rapidement. Toute étude de rentabilisation du cloud doit également tenir compte des inconvénients potentiels, y compris le risque d’être enfermé dans un seul fournisseur pour votre infrastructure technologique.

L’implémentation de l’informatique en Cloud

Il est difficile d’obtenir des chiffres sur la façon dont les entreprises adoptent les services cloud, bien que le marché soit clairement en croissance rapide. Une série de recherches suggère qu’environ 12 % des entreprises se considèrent comme des organisations « cloud first », et environ un tiers exécutent une sorte de charge de travail dans le cloud – tandis qu’un quart des entreprises insistent sur le fait qu’elles ne bougeront jamais à la demande.

Cependant, il se peut que les chiffres sur l’adoption du cloud dépendent de qui vous parlez au sein d’une organisation. Toutes les dépenses de cloud ne seront pas pilotées de manière centralisé par le CIO : les services cloud sont relativement faciles à inscrire, de sorte que les chefs d’entreprise peuvent commencer à les utiliser, et payer sur leur propre budget, sans avoir besoin d’informer le département informatique. Cela peut permettre aux entreprises d’aller plus vite, mais peut également créer des risques de sécurité si l’utilisation d’applications n’est pas gérée.

L’adoption varie également selon l’application : le courrier électronique basé sur le cloud est beaucoup plus facile à adopter qu’un nouveau système de financement par exemple. Les recherches menées par Spiceworks suggèrent que les entreprises prévoient d’investir dans des outils de communication et de collaboration basés sur le cloud et le secours et la récupération, mais qu’elles sont moins susceptibles d’investir dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement.

Informations supplementaires

Vous l’aurez compris, le cloud computing détient énormément d’avantages. Vicidial.fr est spécialisé dans l’installation et la mise en œuvre de ces dispositifs en ligne tel que le Cloud. Si vous avez besoin d’externaliser ou tous autres demandes, n’hésitez pas à nous contacter sur le 09 70 71 83 00 ou à nous écrire via notre formulaire en ligne.

What is cloud computing? Everything you need to know about the cloud explained | ZDNet

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *